Ce qui affecte vos yeux

Comprendre la vision double

Partager sur

La vision double (également connue sous le nom de diplopie) est une maladie avec laquelle une personne perçoit deux images d’un seul objet. Les images peuvent se superposer, s’entremêler ou être présentées côte-à-côte. Vu que quelques centimètres séparent vos yeux, chaque œil perçoit une image légèrement différente. Normalement, le cerveau fusionne ces deux images pour en créer une, grâce à un processus de fusion. La diplopie compromet ce processus.

On distingue différents types de vision double - monoculaire, binoculaire et temporaire. La vision double temporaire peut avoir une cause externe, comme une blessure à la tête ou un état d’ébriété. Elle devrait disparaître lorsque les effets se sont dissipés ou lorsque la maladie sous-jacente a été traitée avec fruit. Dans le cas de diplopie monoculaire, seul un des yeux est touché. Elle disparaît alors à l'occlusion de l'œil malade. 

La diplopie binoculaire correspond à un problème de conjugaison entre les deux yeux (l’occlusion de n’importe quel des yeux la fait disparaître).

Signes et symptômes de la diplopie

La diplopie se manifeste par des symptômes assez clairs - on peut parfois les confondre avec d’autres maladies oculaires, mais elle implique surtout la perception simultanée de deux images. Si votre vision est trouble ou présente des interférences, comme des lumières ou des flotteurs oculaires, il s’agira probablement d'une autre maladie.

Il peut parfois être ardu de diagnostiquer la diplopie chez les enfants, vu qu'ils ne sont pas en mesure d’expliquer clairement ce qu'ils voient. Mais s’ils commencent à plisser des yeux, à couvrir les yeux ou à soulever la tête d’une façon inhabituelle, il se peut qu'ils aient des problèmes. Si ces problèmes de la vue ne sont pas traités chez les enfants, ils peuvent se transformer en amblyopie (syndrome de l’œil paresseux) étant donné que le cerveau tente de compenser le problème. 

Des tests de la vue réguliers pour enfants et adultes sont essentiels pour une détection précoce de tels problèmes.

Causes de la diplopie

Plusieurs maladies peuvent être à l’origine de la diplopie, et selon qu'il s’agisse de diplopie monoculaire ou binoculaire, elles peuvent être différentes. 

Diplopie monoculaire

Elle peut avoir plusieurs causes, dont : 

  • Astigmatisme, lorsque la cornée présente une courbe irrégulière et provoque myopie ou hypermétropie
  • Anomalies du cristallin ou de la cornée, comme la cataracte.
  • Maladies qui touchent la rétine, comme la dégénérescence maculaire, où les cellules de la macula (la partie de l’œil responsable de la vision centrale) sont endommagées par un excès de dépôts ou des vaisseaux sanguins anormaux.
  • Sécheresse oculaire, lorsque les yeux ne produisent pas assez de liquide lacrymal pour lubrifier les yeux, les rendant rouges et irrités, pouvant donner lieu à une vision floue intermittente.

Diplopie binoculaire

La diplopie binoculaire, qui touche les deux yeux, peut être provoquée par un strabisme (orientation des yeux dans différentes directions). Elle est provoquée lorsque les muscles extra-oculaires qui contrôlent le mouvement de l’œil sont trop faibles, trop forts ou ne fonctionnent pas de manière coordonnée. 

Les traitements du strabisme peuvent remédier à la diplopie, mais peuvent parfois également provoquer une diplopie temporaire, vu que le cerveau surcompense des déficiences antérieures. La cause d’une diplopie à l’âge adulte est souvent une forme de récidive d’un strabisme pendant l’enfance. 

Diplopie à l’âge adulte

Diplopie binoculaire

Si la diplopie est persistante chez une personne n’ayant pas d’antécédents de strabisme, un autre facteur pourrait affecter le mode de fonctionnement des yeux. Ils incluent : 

  • Blessures à la tête. Dommage au niveau des nerfs, des muscles optiques ou de l’orbite.
  • Diabète. Cette maladie peut affecter l’apport sanguin à l’œil, vu que des taux de sucre élevés peuvent endommager les vaisseaux sanguins.
  • Pression du nerf optique. Peut être provoquée par une tumeur, un anévrisme ou un abcès qui perturbe le lien entre l’œil et le cerveau.
  • Sclérose en plaques. La sclérose en plaques perturbe la capacité des nerfs à communiquer, impliquant souvent des problèmes de vision, comme la diplopie. 

Le fonctionnement des yeux - muscles extra-oculaires 

Le fonctionnement des yeux - muscles extra-oculaires

Les mouvements des yeux sont contrôlés par un groupe de muscles appelés les muscles extra-oculaires. Ces six muscles orientent l’œil dans différentes directions, lui permettant de se concentrer sur des objets spécifiques.

La fovéa est une petite partie de l’œil où la vision des détails est la plus précise. Les muscles extra-oculaires sont cruciaux pour les mouvements de l’œil qui sont rapides et précis, permettant à la fovéa de se concentrer sur des objets spécifiques.

Dans le cas de maladies comme le strabisme ou la diplopie, ces muscles qui fonctionnent de manière involontaire et coordonnée ne travaillent plus simultanément. Dès lors, l’un des yeux peut se déplacer et se concentrer sur des objets tandis que l’autre fonctionne de manière indépendante. Ce problème peut être le fruit de problèmes congénitaux avec les nerfs qui envoient des messages au cerveau et en reçoivent, ou, comme indiqué ci-dessus, de plusieurs autres maladies.

Comment la diplopie est-elle diagnostiquée ? 

Plusieurs types de médecin peuvent être impliqués dans le diagnostic de la diplopie. Votre médecin généraliste peut vous orienter vers un ophtalmologiste pour des examens de la vue et des mouvements des yeux. 

La première étape, essentielle, consiste à déterminer si un œil ou les deux yeux sont touchés. L’examen commencera par un test de la vue de base, à l’aide d’une échelle de Snellen, pour déterminer votre acuité visuelle. Le spécialiste procèdera également à des tests des mouvements des yeux, en couvrant un œil et en vous demandant de vous concentrer sur un objet ou en vous demandant de suivre un objet, comme un stylo, qui se déplace d’un côté à l’autre. Cet examen permettra de déterminer le niveau de coordination des mouvements de vos yeux et la réactivité de vos yeux.

Le spécialiste examinera l’arrière de vos yeux à l’aide d’une lampe à fente, qui projette une fente de lumière très vive dans l’œil, lui permettant d’examiner l’avant et l’arrière de l’œil à l’aide d’un microscope spécial. Il peut également utiliser des gouttes contenant un colorant jaune - lorsqu’une lumière entre en contact avec le colorant, il illumine les dommages à la cornée, en facilitant la constatation. Le colorant est indolore, mais va dilater/flouter votre vision pendant quelques heures et laisser des taches temporaires.

Ces tests suffisent généralement à déterminer la cause de votre diplopie, surtout s’il s’agit d’une maladie dont vous souffriez également en étant enfant. Si d’autres tests sont nécessaires, vous pourriez être soumis à une IRM ou un tomodensitogramme, qui permettra aux médecins d’avoir une idée détaillée des muscles de votre œil et des zones environnantes à l’aide de champs magnétiques ou de rayons X.

Comment la diplopie est-elle diagnostiquée

Comment traiter la diplopie ? 

Les traitements dépendent de la forme de diplopie dont vous souffrez et de la cause spécifique. Généralement, une maladie sous-jacente est à l’origine de la diplopie et le traitement visera la rectification de ce problème.

Diplopie monoculaire

Si la diplopie est provoquée par l’astigmatisme, des verres correcteurs, comme des lunettes ou lentilles de contact, peuvent être utilisés pour compenser la courbe irrégulière de la cornée. Une chirurgie laser peut être utilisée pour corriger l’astigmatisme de manière permanente. Cependant, cette opération n’est pas considérée comme un traitement médical essentiel et n’est pas remboursée. Certaines mutuelles prévoient tout de même une petite intervention. 
Si la diplopie est provoquée par la cataracte, une chirurgie est alors nécessaire. La chirurgie de la cataracte est relativement commune, la procédure devrait dès lors être rapide et sans complication. Le cristallin opaque sera retiré et remplacé par un cristallin artificiel. 

Diplopie binoculaire

Plusieurs traitements existent pour la diplopie, en fonction de sa cause : 

Des verres prescrits sur ordonnance peuvent être utilisés pour corriger les troubles réfractifs, comme la myopie et l'hypermétropie. Si la maladie s’est muée en œil paresseux, il sera fait appel à un cache-œil, qui force le patient à utiliser l’œil affaibli, le consolidant et corrigeant l’alignement. 

Des exercices des yeux peuvent être bénéfiques ; ils permettent de renforcer les muscles oculaires et de réaligner la vue de la même manière qu’un cache-œil force un œil à se renforcer. La plupart des exercices impliquent la focalisation répétitive sur différents objets, comme un stylo, jusqu’à ce que les muscles oculaires fatiguent. À l’instar d’autres muscles, l’entraînement, la répétition et la mémoire du muscle sont essentiels à une amélioration.

Un prisme de Fresnel est une feuille de plastique que l'on peut faire adhérer à une paire de lunettes pour diffracter la lumière qui la traverse. Elle fait office de prisme et se porte pendant plusieurs mois. Des lunettes avec prisme intégré peuvent être produites.

Une injection de toxine botulique peut parfois être administrée. La toxine détend les muscles autour de l’œil, qui peut ensuite progressivement être réaligné dans la bonne direction. Des effets secondaires peuvent se manifester, comme une aggravation de la diplopie, des paupières tombantes ou un affaiblissement musculaire sur le site d'injection.

En cas d'échec des autres traitements, une chirurgie peut s’avérer nécessaire. Elle sera réalisée sur les muscles extra-oculaires, modifiant leur rigidité pour équilibrer les différents muscles. Sous anesthésie générale, un chirurgien opèrera sur les muscles, adaptant leur position et les fixant dans une nouvelle position, dans laquelle ils seront maintenus à l’aide de points de suture résorbables. Cette chirurgie peut avoir des complications potentielles, comme une aggravation de la maladie, ou, dans de très rares cas, des dommages au niveau de l’œil.

En dernier ressort, il est possible de faire appel à une lentille intra-oculaire artificielle, la même que celle utilisée dans le traitement de la cataracte. Elle induit certains risques, comme un dommage potentiel du cristallin existant et une vision réduite.