Ce qui affecte vos yeux

Comprendre le kératocône

Partager sur

Le kératocône est un rare trouble de la vue caractérisé par un amincissement et un bombement progressifs de la cornée. Ces changements affectent la clarté de la vision et peuvent s’aggraver au fil du temps et apparaissent généralement à l’adolescence. Selon des recherches, cette maladie touche entre 1 personne sur 1000 et 1 personne sur 3000, même s’il est ardu de déterminer sa prévalence vu que ses symptômes peuvent être confondus avec ceux d’autres troubles.

Signes et symptômes

  • Les symptômes du kératocône peuvent inclure :
  • Vision légèrement trouble
  • Mauvaise vision dans des endroits mal éclairés ou lorsque vous êtes fatigué
  • Un effet de halo ou fantôme en cas d’éclairage vif
  • Sensibilité à la lumière
  • Fatigue oculaire

Plusieurs de ces symptômes sont communs avec ceux d’autres troubles de la vue. Il est dès lors essentiel qu’ils soient évalués par un spécialiste qui pourra diagnostiquer un kératocône ou d’autres troubles.

Qu’est-ce qui provoque le kératocône ? 

Il n’existe pas de consensus scientifique sur l’origine du kératocône. Le fait qu'il touche plus fréquemment certains groupes ethniques (comme les Asiatiques) suggère une origine génétique. Même si aucun gène spécifique n’a été, à ce jour, identifié, le fait que plusieurs membres d’une même famille puissent être  atteints et que la maladie se développe presque systématiquement dans les deux yeux appuie la thèse d’une implication génétique.

Selon certaines hypothèses, des facteurs environnementaux pourraient aggraver le trouble ou en être à l’origine - comme le fait de se frotter vigoureusement les yeux. Beaucoup de patients souffrant de kératocône ont une prédisposition aux allergies, et développent souvent un eczéma et/ou une conjonctivite allergique. C’est ce qui pourrait provoquer l’envie de se frotter les yeux. Même si ces théories n’ont pas encore été prouvées, il est recommandé aux personnes souffrant de kératocône ou pensant en souffrir d’éviter de se frotter les yeux.

Keratocône femme se frottant les yeux

Le fonctionnement des yeux : les bases

Anatomy of the eye

L’œil se compose de quatre composants essentiels nécessaires à son fonctionnement :

Cornée et cristallin – ils sont placés à l’avant de l’œil et focalisent la lumière pénétrant dans l’œil.
La rétine – il s’agit d’une couche de cellules située à l’arrière de l’œil qui capte la lumière et la couleur avant de les convertir en signaux électriques.
Le nerf optique – Le nerf qui transmet les impulsions électriques au cerveau, qui les interprète. 

La cornée

La cornée est la partie transparente de l’œil, qui se situe à l’avant de celui-ci. Avec le cristallin, elle réfracte la lumière et détermine la majorité de la puissance de mise au point de l’œil. Elle se compose de différentes couches et est l’un des tissus les plus sensibles du corps et est densément innervée par des fibres nerveuses.

Lorsque vous souffrez de kératocône, la forme de la cornée change, s’affine et déforme le traitement des images. Au vu du rôle essentiel de la cornée, les maladies qui la touchent peuvent avoir une influence de taille sur la qualité de votre vision. 

Comment le kératocône est-il diagnostiqué ? 

Le kératocône est très difficile à diagnostiquer, en partie en raison de sa rareté, mais aussi car ses symptômes sont similaires à plusieurs autres maladies oculaires. Si les symptômes coïncident avec ceux détaillés dans la première partie (vision trouble, effets de halo, photosensibilité), vous devriez alors consulter un médecin spécialiste. Même si le kératocône n’est pas à l’origine du problème, la cause pourrait potentiellement être un autre trouble oculaire chronique.

Un médecin se penchera sur vos symptômes et examinera vos yeux, mais pourra également confirmer la maladie de deux façons, à l’aide d'une mesure directe : 

L’examen à la lampe à fente - une combinaison entre microscope et un faisceau lumineux fin - permet au spécialiste d'étudier l’avant de vos yeux et d’y déceler la présence éventuelle de dommages, comme un amincissement de la cornée ou des cicatrices sur la cornée.

Kératométrie ou topographie cornéenne - deux façons de déterminer la courbure de la cornée, pour trouver des signes d’amincissement. 

Tests de la vue

Les adultes devraient quant à eux se soumettre à un test de la vue routinier tous les deux ans, sauf avis contraire. Un test de ce type dure moins de 30 minutes et implique un examen des yeux mais aussi un test de la vue.

Le spécialiste vous interrogera à propos de vos antécédents médicaux ainsi qu’à propos des symptômes dont vous souffrez, de leur gravité et du moment de leur apparition. Il pourrait également vous interroger à propos de votre style de vie, de votre santé et de médication en cours.

Après l’examen des yeux, un test de la vue suivra. Le spécialiste vérifiera votre vision de loin, de près et intermédiaire, ainsi que votre acuité visuelle, souvent à l’aide d'une échelle de Snellen (dont chaque ligne contient des plus petits caractères). Si vous portez des lunettes ou lentilles de contact, vous pourriez faire l’objet d'un examen avec et sans leur port.

Test de la vue kératocône

Comment traiter le kératocône ? 

Le kératocône peut se traiter de différentes façons, en fonction de sa gravité. Aucun traitement ne permet cependant d'inverser les effets de la maladie, mais ils permettent de corriger une vision déformée. Dans des cas extrêmes, une chirurgie peut être nécessaire. 

  • Les lunettes/lentilles de contact servent généralement à corriger l’astigmatisme ou la myopie provoquée par le kératocône, au début de la maladie, lorsque les dommages sont limités. 
  • Les Lentilles rigides perméables aux gaz forment un matériau rigide sur le cristallin, remplaçant la forme en cône déformée de la cornée par une surface de réfraction lisse. 
  • Les segments cornéens intrastromaux, ou INTACS. Il s’agit de petits anneaux en plastique en forme de croissant qui sont placés dans la cornée. Ils forcent un changement de la forme conique de la cornée, l’aplatissant pour lui rendre sa courbe originale. 
  • Le cross-linking (CXL) du collagène cornéen est un traitement relativement récent, dont le but est d’accroître la rigidité de la cornée. Il n’est donc utile que pour arrêter la détérioration de la cornée. Si elle est trop fine, ce traitement n’a aucune utilité. 
  • Transplantation de la cornée. Dans des cas minoritaires de kératocône, la maladie peut devenir telle que des verres ou lentilles de contact ne permettent pas de corriger la vision trouble. Un chirurgien procèdera à une transplantation de la cornée. La récupération demande 1 à 2 mois environ, et, selon la National Keratoconus Foundation, le taux de succès de l’opération est de 95 % ou plus.